Nicolas HENCKES

Intervention le 21 novembre de 17h15 à 17h35
“Prévenir et soigner / Guérir et rétablir / Maladie et handicap ; Parcours de soins, de santé et de vie / Psychiatrie et santé mentale ; Une catalyse des catégories et… de la clinique ?
Ascension du champ médico – social”

Nicolas Henckes est sociologue, chargé de recherche au CNRS. Depuis une quinzaine d’années ses travaux portent sur les transformations du système psychiatrique français depuis l’après guerre. Il a mené des recherches sur le processus de réforme des hôpitaux psychiatriques, sur le rôle des mouvements de familles ou encore sur l’impact des chimiothérapies psychiatriques dans ce processus. Il est actuellement engagé dans deux projets de recherche sur la création et la régulation des dispositifs médico-sociaux et sur les stratégies de prévention des psychoses chez le jeune adulte. Il est également coresponsable du master santé populations politiques sociales à l’EHESS et l’Université Paris 13.

Quelles sont vos motivations pour participer au Congrès international de l’AdESM des 21, 22 et 23 novembre 2018 ?

Participer à des discussions de haut niveau et internationales sur les évolutions de notre système de santé mentale.

Pourquoi recommanderiez‐vous de participer à ce congrès ?

Idem. J’y ajoute par ailleurs la qualité des intervenants et l’ampleur du programme.

Si vous intervenez lors de cette manifestation, pouvez‐vous présenter le contenu de votre intervention ?

Cette intervention proposera une réflexion sur les façons dont l’ascension du secteur médico-social depuis une trentaine d’années dans le champ de la santé mentale bouscule la psychiatrie. Elle
donnera pour cela à la fois une série de repères généalogiques sur ce mouvement et quelques exemples tirés d’une recherche sur l’accompagnement dans le logement de personnes souffrant de
troubles mentaux graves.